vendredi 8 avril 2011

THERESE BOUCRAUT

Le dessin, un acte naturel, un geste simple, un fusain, un pinceau trempé dans la peinture, des traits, une tache, une forme qui surgit. Sur le papier, un noir, un gris, surfaces mouillées, un blanc, le disque aplati d'une assiette renvoie la lumière.

On dessine ce qu'on voit, ou dessine-t-on pour voir ? Dans l'enchevêtrement de ce que le monde propose à l'œil, le dessin apparaît comme un choix hasardeux.

Or tout arrangement des formes dans la lumière du monde, qui retient soudain l'attention a un contenu affectif et culturel, c'est par rapport à soi qu'on dessine, le mot dessin d'étude ne signifie presque rien, comme si l'œil pouvait être objectif, l'œil n'est isolé ni de la mémoire ni des viscères. Le travail du peintre qui dessine est une tentative d'analyse de la nature des liens qui le lient à l'objet qu'il dessine, sorte de descente dans l'inconscient, peu à peu se trace le dessin, des rapports lumineux sont perçus, une organisation de formes mise en évidence...

Le dessin c'est la trace d'une aventure ou d'une expérience. Extrait du monde des phénomènes et des apparences, l'objet, livre, paysage, visage, devient signe...

samedi 2 avril 2011

Dessin, 1976


Dessin à la mine de plomb de Couchat





Dessin à la plume de Breschand




Dessin noir et blanc à l'aquarelle de Thérèse Boucraut



Dessin au fusain de Bollo


Ces 4 dessins ont été publiés dans l'ordre suivant : Bollo, Breschand, Thérèse Boucraut, Couchat. Les textes écrits par chaque artiste et accompagnant chaque dessin sont pleins d'enseignements comme il se doit et j'espère ne pas laisser passer une année avant d'en publier quelques extraits. Les images illustrant l'affiche complèteront cette publication.

J'abandonne actuellement la suite de mes autoportraits et je renvoie à mon site http://therese-boucraut.com/ où les images sont très abondantes sur le thème : autoportraits, mains, forêts (peinture, aquarelle, gravure).


mercredi 30 mars 2011

Texte de BRESCHAND

Elle est là, sous le regard prisonnière, elle boit un café (...).
Elle se trouve dans un éclairage léger, tamisé. Pendant la conversation le regard se fixe sur un détail, la tasse, les mains, le geste, les yeux. Le temps passe...
Image d'un souvenir, en faire quelque chose.
Souvenir d'images, le reconstituer, en faire une toile.
Elle est là, à l'atelier, elle pose, immobile.
La lumière est douce et enveloppante. Essayer de comprendre, d'appréhender.
Faire des dessins (...).
Vouloir tout traduire, table, tasse, personnage, environnement.
Se laisser prendre à l'étude d'un détail, à la lutte de l'ombre et de la lumière sur la tasse et les mains (...).
La main, la tasse, au-dessus une tache divisée en deux plages l'une d'ombre légère, l'autre de lumière sur laquelle se détachent les yeux, un regard. Le papier est griffé de hachures elles définissent des surfaces, des volumes dans l'ombre ou la lumière. Le crayon souligne par un trait plus appuyé le mouvement et la direction des formes, chemin pour l'œil. Les formes s'organisent dans la page...


mardi 29 mars 2011

Texte de BOLLO


Commençons par Bollo comme dans le catalogue. Il faudrait tout dire. Je ne veux pas lasser le lecteur.
"... Alors qu'est-ce que le dessin ? Il y a Ingres, et il y a Rembrandt. La ligne et la valeur, la ligne et la tache. Sont-ils si radicalement différents ? Eh bien, regardons, essayons de comprendre ce qui relie ces deux extrêmes. Dans un dessin linéaire, on découvre une ligne qui grossit et diminue dans un rapport sensible à ce qu'elle veut exprimer. De là un dessin d'artiste qui s'exprime en lignes élargies, il n'y a qu'un pas, un exemple : un de ces dessins de Lapicque à l'encre de Chine, sur Venise. Nous trouvons là la ligne très très élargie et déjà, ou presque, les dessins de Tal-Coat... on peut parler aussi de dessins à taches... là pourrait commencer un langage situé à la limite ombre-lumière...
mais il y a le catalogue et tout le texte, demain je donnerai des extraits du texte de Breschand. Et si vous voulez le catalogue je le vends 10 €.

jeudi 24 mars 2011


Dans le journal Le Monde, daté du Mardi 29 Mars 2011, un titre attire mon attention "Dessin La fin de l'effacement" c'est la présentation du Salon du dessin contemporain (Drawing Now) - le milieu que fréquentait Swann déjà cédait au plaisant snobisme des locutions anglaises. De vieux souvenirs me reviennent en mémoire, une année, 1976. L'image d'un catalogue avec 4 noms :
                                Bollo
                                Breschand
                                Thérèse Boucraut
                                Couchat
Au dessus un mot
                                DESSIN
 dans ce catalogue des 4 images 4 textes
 ce catalogue accompagnait une exposition annoncée par une affiche
Cet événement, lointain, oublié, je veux le faire revivre.

lundi 4 janvier 2010

Autoportrait



Voici un autoportrait réalisé dans le milieu des années 2000.  La représentation de la figure humaine a beaucoup d'importance pour moi et jusqu'à ces récentes années j'ai travaillé avec un modèle introduit dans l'espace inventé du tableau, espace cependant inspiré d'études préalables à l'aquarelle, au fusain, au crayon et si les tableaux sont faits à l'atelier, les études ou croquis, notes diverses, sont réalisés dans les lieux les plus divers.


 Aujourd'hui 4 Janvier 2010